Pour que vivent les arbres

 

Ce sont d’abord et surtout les arbres qui font l’agrément du Parc de Maisons-Laffitte. Avant même les bâtiments, avant les aménagements, en particulier destinés aux automobiles, qui ont pourtant bien souvent une haute priorité dans les préoccupations des élus.

Notre préoccupation est que ces arbres soient respectés et entretenus pour en perpétuer la beauté et l’agrément. Les observations rapportées dans ces pages concernent les arbres du Parc. Après description de problèmes observés, quelques propositions constructives sont faites, destinées à être enrichies et à en appeler d’autres.

Il paraît en effet nécessaire d’induire une inflexion de l’attitude et des actions de l’Association Syndicale du Parc (ASP) afin que nos arbres soient encore mieux traités, fut-ce au détriment de quelques égoïsmes.

Les arbres ne vivent pas dans le court terme, comme des bouquets que l’on jette ou des sapins de Noël, ou … un mandat électif. Or, la connaissance et l’amour des arbres et de la nature paraissent bien être chez les élus ceux de citadins qui les connaissent peu, ou mal, seulement à travers des lectures, ou avec une vue anthropocentrique.

Enfin, les arbres sont aussi des êtres vivants, qui méritent notre intérêt et notre respect comme toutes les espèces qui peuplent notre planète.

L’Association bénéficierait certainement de stimulations et de critiques: l’exercice d’un pouvoir sans contestation conduit inévitablement à des dérives, une vigilance constante et un contre-pouvoir seraient salutaires.

Les arbres du Parc ont besoin d’amis

Quels sont les problèmes? Plusieurs observations faites récemment (2010, 2011) révèlent que les arbres ne sont pas toujours traités avec le niveau de respect et de compétence que leur rôle dans le Parc exigerait. Le court terme prévaut, la réflexion semble trop succincte, des intérêts ou pressions étrangers au souci de la conservation des arbres pourraient même être présents.

Plusieurs sujets de préoccupation sont décrits ici. Le plus connu, déjà objet d’un début de polémique, est l’intention déclarée par l’ASP d’éradiquer les marronniers, seul remède envisagé ici (et non pas ailleurs!) à l’invasion estivale du parasite qui ronge et roussit leurs feuilles. Nous essayons d’approfondir la question et suggérons d’autres approches.

Les sujets abordés sont accessibles par le menu ci-contre, à droite.

Ceux qui se contentent des idées officielles ou qu’on souhaite qu’ils aient là-dessus les trouveront facilement sur les sites de l’ASP et de la Ville de Maisons-Laffitte.

Un jardin dans le Parc de Maisons-Laffitte

Pour faire plus léger, voici une page avec des images de notre jardin. Celui-ci est un espace préservé que notre famille entretient et embellit depuis plus de quatre-vingts ans.

Nous souhaitons continuer d’y vivre en paix avec la nature et avec les hommes, et de partager la curiosité et les joies que nous inspire sans cesse le spectacle de la nature.

Pour les curieux, il est enfin proposé une version informatisée d’une flore à clé de détermination, réalisée par les auteurs à partir d’un ouvrage de Gaston Bonnier. Elle permet de trouver sans aucune connaissance en botanique le nom des plantes sauvages les plus courantes de France et de Belgique.

Ce site est lui aussi une réalisation familiale, sans aucun objectif commercial ni politique. Il sera actualisé aussi souvent que possible, et l’intérêt que vous manifesterez par le moyen de la page « Contact » nous y encouragera.