Le sel de déneigement

Le sel tue les arbres

Le vendredi 10 décembre 2010, juste après un fameux épisode neigeux il a été remarqué, à l’intersection des avenues Jean-Jacques Rousseau et Poniatowski, un dépôt résiduel de quelques centaines de grammes de sel de déneigement. La nature des cristaux observés ne faisait pas le moindre doute: ce produit provenait à l’évidence d’une opération de salage.

Les élus de l’ASP savent très évidemment –le contraire serait consternant- que le salage a de tout temps été proscrit dans le Parc par ses gestionnaires successifs, du fait de la phytotoxicité du chlorure de sodium.

Si donc l’ASP a décidé de l’employer, il faut croire que la conséquence en a été pesée. Elle est le dépérissement plus ou moins rapide mais inéluctable de tous les arbres d’alignement dans les avenues qui ne sont pas « bordées », c’est à dire munies de caniveaux et d’évacuation des eaux de ruissellement. Soit dans la plus grande partie du Parc, où le ruissellement des avenues atteint directement les racines des arbres.

Ce dépérissement surviendra progressivement, et l’auteur de cette lamentable décision ne sera plus présent ni susceptible d’en assumer les conséquences.

Réponse de l’ASP à la question qui a été posée sur ce fait: nous en avons en effet utilisé, mais en petites quantités et avec discernement!

Commentaire: dormez, bonnes gens, vos responsables savent ce qu’ils font!

Peut-être le savent-ils. Ou bien peut-être la crainte d’une aile froissée de la sainte voiture est plus importante que les arbres, qu’à ce prix on condamne à périr.